• Antechrist...ina


    Franchement, il est des jours où le poids de ma mission pèse lourd sur mes frêles épaules ; des jours où je me demande à quoi ça rime... Et puis... Il y a les clins d'oeil du Destin ; des choses à priori insignifiantes qui sont là pour me rappeler que non, tout n'est pas perdu. Des choses de tous les jours, que vous ne remarqueriez pas mais qui éclairent ma voie comme autant de petits porteurs de flambeaux...

    Tenez, cette fille par exemple, l'autre soir. Dix-sept ans, pas plus ; se donnant un style et avec ça des baskets et une casquette militaire. Bref, rien ne la différenciait en apparence d'une lycéenne comme les autres. Et pourtant...

    Je venais d'entrer dans le bar ; évidemment, comme vous vous en doutez, j'avais pris mes précautions. J'arrivais en toute fin de soirée, à l'heure où les derniers consommateurs ne savent plus trop ce qu'ils boivent et se contentent de finir leur verre... L'heure où le type derrière le bar vous regarde avec des yeux bouffis ; vous pourriez être un kangourou ou le Diable en personne qu'il ne broncherait pas, j'en sais quelque chose... Et j'étais là, à siroter mon diabolo-grenadine entre un étudiant à la gueule de petit prophète alcoolique et un pauvre vieux qui s'endormait devant une tasse vide depuis bien longtemps, quand Elle est arrivée. Enfin...'Ils'; 5 ou 6 loosers et une seule fille, sortant d'une quelconque soirée, déjà imbibés. J'aurais dû me douter de quelque chose... Et puis le premier d'entre eux, bien éméché, est venu accoster l'étudiant, et c'est alors que les choses ont dégénéré...

    En moins de temps qu'il ne faut pour le dire, le gamin s'étant excusé d'être un peu violent tombait sous la coupe de son perfide interlocuteur. Et voilà, me dis-je tristement, comment on laisse échapper une recrue qui promet. Par cette douceur et cette persuasion propre à la psychologie de comptoir, on laisse les simples d'esprit venir à...Lui. Et pas moyen d'intervenir : difficile d'avoir l'air crédible avec un diabolo-grenadine...

    C'est alors qu'Elle s'est manifestée ; jusqu'alors, je l'avais vue flatter, de quelques tapes, les autres garnements du groupe comme de bonnes bêtes fidèles et dévouées. Mais voyant comme moi la catastrophe qui se préparait, elle accourut au nouvelles. Je remarquai son air effaré en entendant les "tu peux maîtriser tes émotions" et autres "la violence n'est pas une solution". Du haut de son mètre-soixante-cinq, elle ne semblait pas non plus de taille à intervenir ; alors elle revenait toutes les cinq minutes constater l'étendue des dégâts... Et puis vint le miracle, avec la fermeture du bar : à cet instant précis, les esprits soudain s'affolent, les discussions s'interrompent... Il était temps d'agir. Je dois le dire, cette fille a agi en professionnelle ; d'un bond, elle a rejoint sa petite brute de protégé ivre de propagande pacifiste. Elle l'a entraîné dehors, l'air de rien ; et là, sous mes yeux ébahis, elle lui a mis deux énormes mandales, les deux plus formidables coups de poing auxquels il m'ait été donné d'assister, surtout de la part d'une demoiselle de si petit calibre. Traitement de choc certes, mais diablement efficace : le garçon avait de nouveau le regard vide, l'air vaguement béat. La jeune fille s'est retournée vers moi ; et j'ai lu dans ses yeux la satisfaction d'avoir retrouvé son emprise, le soulagement d'avoir évité un désastre pour le camp du Chaos Universel...et aussi, je vous assure, une petite lueur proprement diabolique. Tandis qu'elle s'éloignait fièrement à la tête de ses troupes, je me tournai, goguenard, vers l'étudiant qui lui aussi était aux premières loges : comme figé pendant quelques minutes, il eut un haut-le-coeur, et parut sur le point de vomir. Hé oui, prophète, j'ai des alliés partout : Antéchrist pas mort...


  • Commentaires

    1
    Dimanche 21 Janvier 2007 à 19:54
    Ah !
    l'alcool...
    2
    Lundi 22 Janvier 2007 à 17:28
    à la tienne
    et n'abusons pas de cet élixir! baisers là
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :