• Antechrist Pop Stars... (3/4)


    ...La salle était comble ; mes efforts publicitaires avaient porté leurs diaboliques fruits. Je dois admettre que j'étais d'ailleurs extrêmement fier ; "Tromsö" était un peu mon bébé, et je le présentais ce soir à la face du Monde ! Les répétitions s'étaient si bien passées qu'elles avaient dissipé tous mes doutes, et je ne ressentais plus qu'un stress bien naturel en somme quand on va mettre en scène un petit bout de Soi. Si le public renvoyait à l'écoute de ce pur produit des ateliers musicaux de l'Enfer ne fût-ce qu'un dixième de l'exaltation que j'en retirais moi-même, le pari était gagné ; et les âmes de mes petits protégés iraient figurer en bonne place sur le rebord de ma cheminée. Des pièces de choix dans une collection qui débutait sous les meilleurs augures ; mon Maître serait fier de moi...

         Je m'installai au bar, loin des lampes qui éclairaient la scène de couleurs enflammées mais il ne fait aucun doute que dans l'ombre mes yeux brillaient d'impatience tandis que mes poulains piaffaient, faisant leur apparition sous les acclamations des spectateurs qui scandaient le nom du groupe en frappant sur les tables avec leurs verres. "Trom-sö !... Trom-sö !... Trom-sö !..." entendait-on ; cela sonnait comme une incantation venue des profondeurs insondables de l'âme humaine (il n'est rien de plus sombre et vertigineux, dit un vieil adage démoniaque)...

         Ils entamèrent le spectacle, pour gagner le public, par une série de reprises rondement menées - la première, "Bad Religion" de Motörhead, me fut dédiée ! Puis suivirent d'autres grands classiques, d'AC/DC à Black Sabbath et j'en passe. La foule en liesse hurlait les refrains et s'emportait à battre des mains en rythme même lorsqu'on ne l'y invitait pas (et souvent je n'étais pas en reste). Il va sans dire qu'à l'entracte qui suivit cette première partie, quarante-cinq minutes plus tard, la bière coula à flots ; j'en profitai pour aller féliciter mes musiciens (en particulier le bassiste, qui tirait de son instrument de tels sons qu'on eût cru que ses cordes étaient tressées de cheveux du Diable lui-même...)

         Le silence se fit, presque religieusement (!) lorsqu'ils reprirent place en annonçant qu'ils joueraient à présent des morceaux de leur composition ; dans mon coin je retenais mon souffle, en haleine...

    (à suivre)


  • Commentaires

    1
    Mardi 23 Octobre 2007 à 11:15
    çà fait
    bien lgt que je ne suis venue, sympa la déco, pis j'aime tjs autant la lecture, bizous ici
    2
    Mardi 23 Octobre 2007 à 11:17
    Salut toi :)
    ...merci, biZous aussi :)
    3
    Mardi 23 Octobre 2007 à 11:18
    ben ;-)
    merci alors tiens le soleil est reviendu...
    4
    Mardi 23 Octobre 2007 à 18:13
    Salut,
    Purée, j'ai entendu d'ici, ça envoyait du bois ! (pour nourrir les flammes...)
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :