• Dans les Friches...


    Je viens de vivre une expérience ... traumatisante. Moi, l'Antechrist, il est des lieux où je n'ai plus de pouvoir... plus aucun. Ironie suprême, ces lieux sont pourtant là où devrait être mon royaume. Faut-il y voir un signe que tout s'inverse et que bientôt viendra mon règne terrestre ? Est-ce au contraire la preuve que tout ce qui est consigné dans les livres me concernant, concernant ma ... Mission, est erroné ? Tant d'erreur depuis tant de temps ? Cela n'est guère possible. Et pourtant...

    Tout a commencé il y a environ un mois. J'avais enfin trouvé un guide qui accepte de m'emmener dans cette petite communauté qui me semblait propice au recrutement d'adeptes. Se rendre au lieu du rendez vous était simple : il suffisait de prendre le bus de nuit, de descendre à l'endroit indiqué.

    L'arrêt était sur un pont, isolé dans une friche industrielle : aucune habitation dans ce paysage de murs de briques, de fenêtres brisées ou aveugles, d'anciens ballasts envahis par les herbes. J'étais seul à descendre là et le conducteur m'a regardé obliquement : peut-être se doutait-il de quelque chose, peut-être même aurait-il voulu me suivre. Peut-être, à la fin de leur tournée, au dépôt, les chauffeurs de cette ligne se racontaient-ils d'étranges histoires sur cet arrêt là. Sans doute ne le saurai-je jamais.

    J'étais donc seul, dans ce paysage baigné de lune, à regarder les feux arrière du bus qui s'éloignaient. Un léger vent frais de nuit me caressait la peau, je me sentais tout à la fois heureux, détendu et puissant. Je perçus dans l'ombre de ce qui semblait l'entrée d'un tunnel un mouvement : c'était mon guide. J'allai vers lui, d'autres silhouettes se détachèrent à ses côtés. J'étais le dernier de notre groupe. Sitôt faites les présentations, nous partîmes en silence, nous enfonçant dans ce tunnel, à la seule lueur de nos lampes torches dont les ronds de lumières faisaient ressortir, de ci de là, des plantes moussues consommant les murs, des tags laissés par un précédent roi de ce territoire ou quelques anciennes indications techniques à l'usage des cheminots d'une ligne oubliée.

    Car c'était bien une ancienne ligne de chemin de fer : l'écartement des rails en était plus étroit que nos voies actuelles et la rouille qui mangeait ce qu'il restait de caténaire prouvait que depuis bien longtemps nul train n'avait circulé dessus. Le tunnel dura peu : nous suivions maintenant les rails en silence au fond d'une profonde tranchée. Loin, au-dessus de nos têtes, le ciel étoilé se devinait entre les murs d'immeubles. J'étais au fond de cette grande balafre dans la ville qui m'intriguait depuis toujours. Parfois, le fossé s'élargissait, d'un aiguillage partait une voie secondaire allant se perdre tout aussitôt dans un ancien entrepôt, une gare en ruine condamnée et oubliée en même temps que la voie. A quelques signes, je m'aperçus que nous n'étions pas seuls : toutes ces ruines à moitié souterraines étaient squattées par des ermites et, aux grommellements que nous entendions à notre passage, je devinai que mes pouvoirs anti-alcooliques agissait sur leur cubi de rouge. Je souriais : grâce à moi la Ligue Pour la Tempérance et La Vertu étendait son pouvoir jusque sur les marges du monde.

    Les rails replongeaient sous un tunnel, notre guide s'arrêta, braqua sa lampe torche sur le sol. Nous fîmes cercle. Le ballast avait laissé place nette à une dalle de ciment, au centre de laquelle se trouvait une plaque d'égoût que notre guide, après avoir regardé alentour, déverrouilla prestement à l'aide d'une clé spéciale. La plaque s'ouvrit mais aucune odeur nauséabonde ne s'épandit dans l'air : au lieu d'un égoût, il s'agissait d'un puits, sans doute profond, dans lequel des échelons métalliques plantés dans la paroi permettaient de descendre.

    Nous quittâmes alors la voie de chemin de fer pour, échelons après échelons, descendre d'un niveau. Au pied du puits partaient deux couloirs : notre guide nous répéta alors ce qu'il nous avait déjà dit, la consigne absolue : ne pas le perdre de vue, ne pas tenter de partir seul. Il semblait se diriger sans problème dans ce labyrinthe, ne consultant qu'occasionnellement le plan plastifié qu'il avait emporté avec lui. Sur notre gauche, notre droite, partaient des couloirs que parfois nous empruntions. Une fois que je lui demandais ce où se dirigeait un couloir qui descendait, il me répondit que nul n'avait plus les plans des niveaux inférieurs. Les couloirs étaient parfois décorés de fresques, parfois couverts de graffiti. Ils pouvaient déboucher sur de vastes salles ou bien s'achever brutalement sur un mur nu où seule une chatière nous permettaient de continuer, en rampant sur quelques mètres, notre périple. Lorsque, sous la forme de câbles ou de gaines techniques, la ville se rappelait à nous, nous nous rendions compte à quel point, l'instant d'avant, nous l'avions complètement oubliée.

    Nous n'avions plus de notion de l'heure quand, à un carrefour, nous tombâmes sur un groupe de trois jeunes hommes qui écoutaient, en buvant de la bière, du Adamo sur un radio cassette. Nous fîmes halte et j'avalais une gorgée d'une bouteille qu'on m'offrit. C'est alors que je pris conscience qu'ici, dans ces anciens couloirs de pierre nue, profondément enfouie sous la terre, je n'avais plus aucun pouvoir anti alcoolique. Les chips dont je pris ensuite une pleine poignée, par leur abondance même, me prouvèrent que la Terre, interposée entre moi et le ciel, me transformait en être humain...normal.

    La remontée à la surface se fit dans un état second, absorbé que j'étais par l'amère désillusion de ne pouvoir utiliser ce vaste réseau souterrain comme QG de mon entreprise, angoissé par cette soudaine impression d'être étranger dans un lieu qui m'avait tant fasciné... tant intrigué...

    Cousin Greg

  • Commentaires

    1
    Mardi 6 Mars 2007 à 13:02
    Ah la la,
    Ce doit être dur de redevenir humain... moi, je pourrais pas :-) Sinon, c'est sûr qu'il faut en boire des bières pour écouter du Adamo sans broncher :-D
    2
    Mercredi 7 Mars 2007 à 09:27
    tant que
    l'on retrouve un chemin, un repère, tout redevient tel que l'on aime! n'est-ce pas! des baisers ici aussi
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :