• Histoire De Fanshawe Le Corbeau...

    (Même à l'Antéchrist, on lisait des contes lorsqu'il était enfant. Celui-ci, par exemple...)

         C'était il y a longtemps, bien avant l'Ere Industrielle, à une époque où on ne brûlait plus les sorcières mais où l'on jetait encore les gens en prison pour toutes sortes de bonnes raisons. Parfois même on les exécutait ; et c'est là qu'intervient l'histoire de Fanshawe le Corbeau. Fanshawe vivait dans une prison, tout en haut d'une colline que la neige couronnait souvent ; il nichait sous le banc d'une ancienne cellule, entre les os d'un prisonnier qu'on avait oublié là de très nombreuses années auparavant. Fanshawe le Corbeau était le seul ami du bourreau de la prison ; et celui-ci, qui tous les matins faisait son office près de la guillotine dans la cour, donnait ensuite à manger à Fanshawe. C'avait toujours été ainsi : un long bruit de glissement métallique, parfois un cri sinistre, déchirant, et puis le grand "CLAP". Ensuite, le bourreau frappait dans ses mains pour appeler Fanshawe. Quand le corbeau se présentait, il trouvait à chaque fois, bien en vue au pied de la guillotine, une corbeille abondamment remplie de tout ce qu'un corbeau aime picorer. Alors il s'en donnait à coeur joie, il dépeçait son festin à grands coups de bec, ne laissait pas un lambeau de chair et nettoyait consciencieusement les os. Puis, heureux et repu, il s'en allait dormir sous son banc. Il ne ressortait que le soir, pour folâtrer autour de la prison en croassant d'une voix parfaitement lugubre...

         Avec le temps, Fanshawe le corbeau se mit à apprécier tout particulièrement le son de la guillotine qui pour lui signifiait : "à table !"; puis il apprit à aimer le spectacle du couperet qui tombait, tombait... Cela devint un jeu pour lui d'imiter le couperet de la guillotine. Il prenait son envol lorsque le triangle d'acier s'élevait, puis quand ce dernier retombait il piquait, piquait... Cette gymnastique le mettait en appétit. Et aussi...il sentait l'excitation le gagner. L'envie de manger, avant même la faim, se faisait plus aigüe dès qu'il voyait le bourreau préparer son instrument pour l'exécution. Parfois même, quand il ne pouvait plus tenir, Fanshawe le Corbeau haranguait le condamné qui tardait trop par de vifs piaillements d'impatience. Il voletait autour de la guillotine, montait comme pour emmener le couperet jusqu'en haut et se laissait tomber ensuite en piqué pour simuler la mise à mort. Cette danse macabre se poursuivait jusqu'à ce qu'il trouve enfin la corbeille pleine. Il finit par se prendre pour la Justice qui décidait des exécutions quotidiennes ; et il se prenait pour le couperet qui tombait chaque jour de plus haut, plus vite, plus fort. Mais un jour...

         Fanshawe le Corbeau estima qu'on le faisait attendre ; trois fois il avait piqué vers le sol, mais le bourreau le regardait et le couperet ne voulait pas tomber. Alors, excédé, l'oiseau monta le plus haut qu'il put ; puis il plongea. Sous lui, la guillotine qui se rapprochait, de plus en plus vite. Bientôt, dans un éclair, il vit le couperet descendre enfin. Encore plus vite. Fanshawe s'en rapprocha, Fanshawe le dépassa. Plus vite, plus vite encore. Grisé, le corbeau songeait que le repas allait, enfin, lui être servi, qu'il était plus que temps et qu'il avait bien fait de manifester son courroux légitime par cette éclatante démonstration. Enfin, comme de juste, la tête tant attendue roulait...
    Il ne redressa pas. Tandis que son repas roulait dans la corbeille, Fanshawe le corbeau, qui tombait comme une pierre, ne sentit pas ses plumes le trahir ; il s'écrasa près de la corbeille, sur le pavé noir et humide de la cour de la prison.

    "SPROUITCH"...

    Cousin Gat'.
     

  • Commentaires

    1
    Lundi 29 Octobre 2007 à 16:03
    Salut Gat'
    Ah mince, il était at-tâchant ce petit corbeau ;-)
    2
    rudat
    Lundi 9 Juin 2008 à 19:07
    fanshawe
    bonjour a vous ,derniérement j'ai acheter des dessins dans une boutique avec une signature I.fanshawe,donc j'ai lancer une recherche est je tombe sur votre texte sur le corbeau.j'usque la rien d'inquietant mais dans le texte vous parler d'une prison et la! (le dessin represente un homme derriere des barreaux de prison il n'y a pas de hasards ??non?pourriez vous me dire un peu plus sur fanshawe et quel est l'auteur qui parle du corbeau svp,merci d'avance
    3
    rudat
    Lundi 9 Juin 2008 à 19:20
    fanshawe
    bonjour a vous ,derniérement j\'ai acheter des dessins dans une boutique avec une signature I.fanshawe,donc j\'ai lancer une recherche est je tombe sur votre texte sur le corbeau.j\'usque la rien d\'inquietant mais dans le texte vous parler d\'une prison et la! (le dessin represente un homme derriere des barreaux de prison il n\'y a pas de hasards ??non?pourriez vous me dire un peu plus sur fanshawe et quel est l\'auteur qui parle du corbeau svp,merci d\'avance
    4
    Lundi 16 Juin 2008 à 16:05
    Euh, Rudat ?
    ...bin non, en fait ce texte-là c'est moi qui l'ai écrit (http://www.blogg.org/blog-49979.html). Le nom de 'Fanshawe', je ne sais plus d'où je le sors ; d'une nouvelle de Lovecraft ou de Graham Greene, sans doute, mais qui n'a rien à voir... Tout ça m'a l'air d'un beau hasard, justement :)
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :